06 août 2017

Le Prophète Muhammad (PSL) rejetait la corruption sous toutes ses formes



L’appel était désormais public. Les nouveaux  convertis qui se réunissaient dans le demeure d’Al-arqam, en parlaient autour de leur proche et famille. Les chefs des clans percevaient chaque jour la nature du danger qui les menaçait. Une claire rébellion contre l’ordre établi : les dieux, les coutumes, le pouvoir en place. Ils décidèrent d’envoyer une délégation chez l’oncle du prophète Abû Talib. Abû Talib garantissait la protection du Prophète Muhammad (PSL). Ils lui demandèrent de parler à son neveu pour qu’il arrête la diffusion d’un message dangereux et inacceptable.

Abû Talib ne réagit point. Ils revinrent ainsi le voir pour insister sur l’urgence de l’affaire. Abû Talib fit alors appeler son neveu et chercha à le convaincre à son tour de mettre un terme à ses activités. La réponse du Prophète Muhammad (PSL) fut ferme :


« Ô mon oncle, je jure par Dieu que, quand bien même ils mettraient le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche afin que j’abandonne cette cause, je ne l’abandonnerai avant qu’il (Dieu )l’ait fait triompher ou que je sois mort pour elle ! » Ibn Hishâm, op. cit., vol.2 , p. 101


Devant cette détermination, Abû Tâlib n’insista pas, mais assura malgré tout son neveu  de son soutien permanent.

Une nouvelle délégation vint voir le Prophète (PSL) et lui proposa des biens, de l’argent et le pouvoir. Il refusa une à une leurs offres et confirma que seule l’intéressait sa mission : appeler à la reconnaissance et à la foi en Dieu, l’Unique, quel qu’en soit le prix :


« Je ne suis pas un possédé, et je ne cherche parmi vous ni les honneurs  ni le pouvoir. Dieu m’a envoyé auprès de vous comme Messager.  Il m’a révélé  un Livre et m’a ordonné de vous porter de bonnes nouvelles  et de vous avertir. Je vous ai transmis le message de mon Rabb [Educateur] et j’ai été pour vous de bon conseil. Si vous acceptez de moi ce que je vous ai apporté, ce sera une bonne fortune pour vous dans ce monde et dans l’autre ; mais si vous rejetez ce que j’ai apporté, alors j’attendrai patiemment que Dieu juge entre nous. » Ibn Hishâm, op. cit., vol.2 , p. 132-133


Avec ces paroles, Le Prophète Muhammad (PSL) marquait les limites du compromis possible : il ne cesserait  pas de transmettre son message, il ferait confiance à Dieu et s’armerait de patience parmi les hommes quant aux conséquences de cette décision.

Dans les faits, les hostilités étaient désormais déclenchées. Les chefs de clan n’eurent de cesse d’insulter le  Prophète (PSL), de le traiter de fou, de magicien et de possédé.  Abû Lahab, son oncle fut divorcé ses deux fils (qui étaient mariés aux filles). Sa femme prenait plaisir à déverser le contenu de ses poubelles lors de son passage.

On faisait courir le bruit que le Prophète Muhammad (PSL) était en fait démoniaque, qu’il brisait les familles, séparait les parents des enfants, les maris de leurs épouses. Il était aux yeux des membres des clans un propagateur de désordre.

A l’approche de la foire, les chefs de clan craignaient que le Prophète (PSL) ne diffuse son message parmi les visiteurs, firent poster des hommes aux différentes entrées de la Mecque. Ils étaient chargés de prévenir les visiteurs des méfaits du Prophète Muhammad (PSL) et de ses compagnons. La stratégie d’isolement fonctionnait relativement bien. Abû Dharr des Banû Ghifâr, un ancien bandit de grand chemin ainsi que d’autres visiteurs  ne se laissaient  pas influencer.

Abû Dharr avait entendu parler de ce nouveau message appelant à la foi en un Dieu Unique, vient voir le Prophète (PSL) malgré les avertissements des gens de Quraysh. Il trouva le Prophète Muhammad (PSL) allongé près de la Ka’ba. Il l’interpella et voulut en savoir davantage sur son message. Il l’écouta puis sur le champ prononça l’attestation de foi à la surprise du Prophète qui affirma en l’observant :

 « Dieu guide qui il veut ! »

Abû Dharr al-Ghifâri allait devenir l’un des plus célèbres compagnons du Prophète Muhammad (PSL) connu pour sa piété, son dévouement, sa rigueur et sa critique du luxe et de la paresse.
Yathrib 786
6 août 2017
Enregistrer un commentaire