15 avril 2018

Banû Qaynuqa'


Pour les musulmans, les mois qui suivirent le retour de Badr furent très simples à gérer. Le statut de la communauté de Médine avait changé. De nombreuses cités alentour, de même que ceux qui n’avaient point conclu de pactes avaient peur de l’ascendant politique, militaire autant que symbolique qu’était en train de prendre le Prophète Muhammad (PSL) au cœur de la péninsule arabique.
Quelques jours après son retour, le Prophète Muhammad (PSL) dut se rendre à la tête de deux cents hommes dans les villages de Banû Salîm et Banû Khatafân dans la région d’al-Qudr afin de mettre un terme à un complot. Les habitants prirent la fuite.

Le Prophète (PSL) ne cessait d’être renseigné sur les initiatives et les tentatives d’alliance menées par les chefs qurayshites en vue d’accomplir leur désir de vengeance. Un rêve inspiré lui avait permis de débloquer une tentative d’assassinat de ‘Umayr ibn Wahb qui, fut surpris par ce dont le Prophète Muhammad (PSL) avait eu connaissance avait fini par se convertir sur-le-champ.

Le Prophète Muhammad (PSL) savait toutefois que les Qurayshites ne tarderaient point à agir à grande échelle en essayant de mobiliser le plus de tribus possible pour mener à bien leur projet.

Depuis son retour, il n’avait pu que constater qu’un certain nombre d’habitants de Médine étaient déçus et inquiets de la victoire des musulmans. Il avait identifié certains hypocrites qui s’étaient convertis à l’Islam par purs calculs et intérêts politiques. Il savait que certains des signataires du pacte d’alliance, signé lors de son arrivée à Médine, n’étaient pas fiables et n’hésiteraient pas à se retourner contre lui à la première occasion.

Le Prophète Muhammad (PSL) venait de recevoir une Révélation qui l’invitait à la vigilance :

« Si tu crains d’être trahi par un peuple, dénonce en toute franchise les termes du pacte. En vérité, Dieu n’aime point les traites. » Sourate 8, verset 58)

Pour l’heure,  le Prophète Muhammad (PSL) se contentaient de surveiller les activités des uns et des autres en s’en tenant aux engagements apparents des hypocrites et au respect strict des termes du pacte. Puisque la Révélation lui conseillait la prudence et la sagesse :

« S’ils penchent vers la paix, enche vers elle de la même façon et place ta confiance en Dieu. » Sourate 8 verset 61)

La tribu des Banû Qaynuqa’ était la seule parmi les trois tribus juives vivant aux alentours de Médine, à être installée à l’intérieur de la cité. Ils étaient d’ailleurs les signataires directs du pacte. Et c’est pourtant de l’intérieur de leurs rangs que les informations les plus alarmantes en termes de complot et de trahison  parvenaient au Prophète Muhammad (PSL). Pour en avoir le cœur net et ne point donner l’impression aux gens de Banû Qaynuqa’ que la voie était libre, le Prophète Muhammad (PSL) leur rendit visite et les appela à méditer sur la déroute des Quraysh. Les dignitaires des Banû Qaynuqa’ le prirent de haut en rétorquant que s’ils lui faisaient la guerre, les choses ne se passeraient point ainsi, et qu’assurément ils l’emporteraient. Cette réponse, sous la forme de menace, était en fait une Révélation et une confirmation : ils étaient bien dans une disposition d’hostilité à l’égard des musulmans.

Quelques jours plus tard, une femme musulmane se rendit comme à l’accoutumée au marché des Banû Qaynuqa’, elle fut moquée puis humiliée par un marchand qui attacha son vêtement dans son dos alors qu’elle était assise, de sorte que le bras de son corps se découvrit lorsqu’elle se releva. Un musulman, observait la scène, voulut intervenir, une bagarre s’ensuivit et le marchant aussi bien que le musulman succombèrent à leur blessure. Une telle affaire (qui était liée à la gestion des conflits et au prix du sang, aurait dû, selon les termes du pacte, être renvoyée au Prophète Muhammad (PSL) et ainsi trouver un règlement pacifique selon la justice et les codes de l’honneur. Or les Banû Qaynuqa’ trahirent les termes du pacte et cherchèrent à s’allier à Ibn Ubayy, l’hypocrite avec qui ils traitaient depuis quelque temps déjà, et dont ils espéraient qu’ils les aideraient à mobiliser leurs alliés de la région.

La réaction du Prophète Muhammad (PSL) fut prompte et ne permit pas aux traitres et aux hypocrites de tirer profit de la situation. Il mobilisa une armée et fit immédiatement le siège de la forteresse dans laquelle les Banû Qaynuqa’ s’étaient précipités pour se protéger. Ces derniers espéraient qu’un soutien viendrait de l’intérieur des rangs  musulmans par l’intermédiaire des hypocrites, qui leur avaient pourtant assuré qu’ils soutiendraient  l’élimination de la communauté musulmane. Aucun soutien ne se manifesta et, après deux semaines de siège, les Banû Qaynuqa’ se rendirent.

Le Prophète Muhammad (PSL) se souvint du verset révélé lui indiquant :

 « qu’ils n’appartient point à un Prophète de faire des prisonniers en étant motivé par l’appât du gain. » Sourate 8 verset 67

Il avait le choix d’éliminer les hommes de la tribu qui avait trahi le pacte et de bannir leurs femmes et leurs enfants, comme c’était la pratique courante en situation de guerre. Cela lui aurait permis d’envoyer un message fort à toutes les tribus alentour quant au sort qui attendait tous ceux qui trahiraient ou s’attaqueraient à la communauté musulmane. Il avait d’ailleurs reçu une Révélation allant dans ce sens.

« Si tu l’emportes sur eux dans un combat, fais-en un exemple afin de jeter l’effroi chez ceux qui se tiennent derrière eux (qui pourraient être tentés de suivre leur exemple) afin qu’ils prennent garde. » (Sourate 8 verset 57)

Le Prophète Muhammad (PSL) reçut néanmoins Ibn Ubayy dont il connaissait l’hypocrisie et les manœuvres secrètes, et qui venait intercéder en faveur des Banû Qaynuqa’. Il décida cette fois encore de laisser la vie sauve à ces derniers, exigeant toutefois qu’ils soient dépossédés de leurs biens et qu’ils s’exilent loin de la ville. Ils se réfugièrent dans certaines des tribus et des colonies de la région. Mais ils ne renoncèrent pour autant à comploter contre le Prophète Muhammad (PSL).

 Le nombre des ennemis du Prophète Muhammad (PSL) ne cessait d’augmenter. De même que s’intensifiaient la revanche. Le Prophète Muhammad (PSL) le savait et ne cessait d’appeler ses compagnons à la sagesse, à la patience autant qu’à la vigilance.


Yathrib786
Le 15 octobre 2018
Enregistrer un commentaire